Existe-t-il des saveurs datées ?

par Anne-Sophie Pic le 3 octobre 2013

La mirabelle, camomille matricaire sauvage, vin jauneC’est ce à quoi j’ai réfléchi en créant avec Emmanuel Ryon, le dessert du menu d’automne de La Dame de Pic à Paris. Nous avons travaillé sur la saveur délicate de la mirabelle. Je trouve à cette jolie prune, un charme redoutable qui tient sans doute à la note parfumée, presque désuète, que ce fruit exhale en bouche. Irrésistiblement, elle m’évoque les blouses de nos aïeules – témoins d’un sens pratique jamais pris en défaut. Je me souviens de cette évidence avec laquelle elles dénichaient dans les campagnes les plantes de de saison. Ici, un peu de camomille matricaire sauvage accompagne la douceur de la mirabelle, le tout est souligné d’une touche capiteuse de vin jaune qui étire en bouche les arômes du fruit. Ce mariage exprime tout à fait – me semble-t-il –  l’esprit d’un temps pas si ancien, et ce faisant je crois qu’en bouche nous avons créé quelque chose qui ne manque pas d’actualité.

6 commentaires

J adore ce que vous faites, c est créatif beau a regarder et a manger. Serait il possible d avoir la recette de ce merveilleux dessert s il vous plait? J adore cuisiner et j aimerais avoir un tiers de votre don culinaire. Cordialement Mme Reyne

par Reyne Corinne le 3 octobre 2013 à 20 h 23 min. Répondre #

Bonjour Madame Reyne et merci de votre soutien ! Malheureusement, je ne peux donner les recettes de tous mes plats mais il se trouve beaucoup de recettes sur ce blog dans lesquelles je vous encourage à piocher autant que vous voulez !

par Anne-Sophie Pic le 4 octobre 2013 à 9 h 38 min. Répondre #

J’en veux !!!! En plus ca doit etre tres bon avec du champagne !!!

par Sophie le 3 octobre 2013 à 20 h 23 min. Répondre #

Les goûts nous emmènent toujours quelques parts, parfois dans le passé, parfois dans un autre pays, parfois dans un autre monde. Par chance, des chefs Ont l’art de les sublimer. Mais ma madeleine de Proust ne peut pas être la même que la madeleine d’autres… Alors datés, moi je dirais non mais ancrés dans nos mémoires, en fonction de nos vécus, oui, sans aucun doute… Néanmoins, des périodes de la vie, comme les guerres ou les voyages, ont vu arriver de,nouveaux produits, topinambours, rutabagas, chocolat, alors de fait on les associe à des dates.

par Cathy le 3 octobre 2013 à 20 h 58 min. Répondre #

Un point de vue que je partage tout à fait, merci pour votre réponse Cathy

par Anne-Sophie Pic le 4 octobre 2013 à 9 h 45 min. Répondre #

Bravo pour garder les valeurs de nos familles la cuisine c est avant un esprit de famille je respect ce jeste felicitstion DC

par David le 3 octobre 2013 à 22 h 59 min. Répondre #

Laisser un commentaire