Au restaurant, nous nous créons aussi des souvenirs

par Anne-Sophie Pic le 17 décembre 2013

Au restaurant, nous nous créons aussi des souvenirs  Lorsque j’ai imaginé mon premier restaurant ex nihilo, La Dame de Pic, j’avais en tête des discussions à bâton rompu, des échanges passionnés, des conversations de fond. Je voulais un endroit à l’ambiance feutrée qui facilite l’écoute, les discussions riches et je voulais que la cuisine soutienne ça. C’était aussi l’idée des parfums que j’élabore avec Philippe Bousseton parfumeur chez Takasago. Surprendre sans heurter, nourrir l’échange et contribuer à créer un souvenir partagé. C’est dans cet esprit que nous avons imaginé les invitations, pour vous permettre d’offrir un beau souvenir.
La Dame de Pic est sans doute le plus féminin de mes restaurants, peut-être parce qu’il est celui qui joue le plus sur l’intime. Dans cet écrin où la cuisine, conçue comme un avant-goût de Valence, est plus facilement accessible, tout est pensé avec douceur pour vous laisser vous concentrer sur vos convives. Cette attention à l’autre doit-elle être considérée comme exclusivement féminine ? Je ne le crois pas.

Laisser un commentaire